Comment expérimenter votre savoir? L’étude se fait dans des moments silencieux et de retrait mais l’expérimentation se fait dans le quotidien, au milieu des contraintes, des imprévus et des obstacles.

Vous pouvez apprendre les choses de la vie dans le retrait, c’est à dire en théorie, dans les livres, les films,en faisant des études, en accumulant des connaissances plus ou moins spécialisées dans un ou plusieurs domaines, le savoir est nécessaire mais il doit être mis au service de votre vie et pour ce faire il faut l’expérimenter.

Un savoir doit être expérimenté dans l’arène des jours ordinaires, car un savoir dont vous n’avez pas fait l’expérience, un savoir qui n’est pas suivi de faits, qui n’est pas rentré en action et passé par la phase expérimentation, ne vous survivra pas.

Ce que vous aurez expérimenté, vécu de l’intérieur, vous le saurez à tout jamais.

Une petite histoire…

Il y a quelques années je me suis inscrite dans une école privée pour approfondir certaines thérapies de médecine douce dans le but d’aider mes enfants adolescents à s’épanouir dans leur essence comme j’en témoignais dans mes articles précédents. J’avais besoin de m’appuyer sur le savoir de thérapeutes avérés, je voulais acquérir les techniques qui fonctionnent et aussi approfondir  mes connaissances .

A la réunion d’information de cette école les intervenants ont présenté leur spécialité et leur programme de formation sur 12 mois. Je devais choisir une ou plusieurs options selon ce que souhaitais concrétiser. Je n’avais qu’une vague idée à ce sujet à ce moment là.

Le sophrologue, Sayedh un indien ( d’Inde) a présenté sa spécialité la sophrologie, avec simplicité et un réalisme convaincant, j’avoue que je ne savais pas vraiment ce qu’est la sophrologie.

Il dit que le thérapeute amène le patient à abaisser les vibrations de son mental, vous savez les ondes alpha, tétha, bétah, en lui faisant suivre un chemin qu’il dirige par la voix, lui suggérant des images tout en observant les réactions, physiques, la respiration, les émotions de la personne, il l’installe dans un état de conscience entre la veille et le sommeil appelé état sophroliminal.

A ce moment là le patient revit des événements plus ou moins douloureux ou traumatisants qu’il a repoussé inconsciemment et qui ont créé des schémas, des cuirasses musculaires, des résistances pour ne plus avoir à ressentir la douleur qui y est associée.

Par ces pratiques régulières le patient se libère, il retrouve confiance en lui, guérit des phobies, des colères, des frustrations, des abus etc… Il retrouve une énergie qui lui redonne goût à la vie sans avoir à prendre des médicaments.

Pour nous faire comprendre Sayedh a choisi cette comparaison qui m’a donné envie de rentrer dans l’expérience: « vous savez je peux vous parler du café, vous dire que c’est un grain marron, vous décrire sa forme, son goût amer ou corsé en m’appliquant pour vous faire sentir son odeur, mais vous ne saurez jamais ce qu’est le café tant que vous ne l’aurez pas goûté. »

Si vous voulez intégrer votre savoir vous devez en faire l’expérience le goûter.

J’ai suivi son enseignement avec beaucoup d’intérêt cela m’ a ouvert des portes que je ne soupçonnais pas. J’ai appris et expérimenté avec Sayedh qui n’hésitait pas à nous servir de cobaye pour que nous pratiquions « pour de vrai » il disait que l’on doit rester humble, apprendre et expérimenter pour intégrer le savoir, durant toute sa vie. On est ici bas pour ça.

C’est un vrai maître, un  homme tranquille, joyeux, apaisant, confiant, généreux de ses connaissances pratiques. Il nous disait que si on ressentait une attirance, une gène avec un patient il fallait lui signifier honnêtement que l’on ne peux pas l’aider et le diriger vers un confrère, c’est l’éthique de tout thérapeute. Jamais de prise de pouvoir, jamais se laisser aller dans les sentiments, savoir prendre du recul, est la clé du succès de guérison.

J’ai toujours respecté ces règles qui devraient s’appliquer partout avec tout le monde. On doit accepter de ne pas plaire  ou de ne pas pouvoir  aider autant qu’on le souhaite, il faut savoir trouver sa place en toutes circonstances dans le respect de soi et des autres.

Ne fuyez pas le quotidien il est riche d’expériences et il donne tout son sens à la connaissance.

Au niveau le plus profond nous cherchons tous la liberté parce que c’est notre nature, notre essence est esprit pur, sans limites.

Pourquoi êtes-vous pris par vos peurs, vos désirs, vos aversion et vos envies irrésistibles? La source de cet esclavage ce sont vos croyances et vos réponses conditionnées.Vous avez des réactions automatiques, bien que vous soyez un décideur aux choix infinis.

La véritable liberté s’obtient en s’échappant de la prison des conditionnements passés et des répétitions des vieux souvenirs et des schémas de pensée.

La liberté se trouve dans le présent, le seul endroit où vous pouvez choisir à partir d’une gamme infinie de possibilités.

rappelez- vous ceci:

Combien de temps vous êtes resté figé dans un schéma de comportement n’a aucune importance, c’est chaque moment qui est une opportunité pour choisir du nouveau.

Saisissez à chaque instant cette chance d’évolution, le bonheur est à ce prix.

Citation de Ralph Waldo Emerson

« La nature est faite pour conspirer avec l’esprit afin de nous émanciper »

Recevez gratuitement mon livret "Le Respect c'est quoi"

Vous serez également prévenu par email de la parution des nouveaux articles.

Inscrivez votre prénom et votre adresse email ci-dessous puis cliquez sur le bouton "Oui, j'accepte".

En soumettant ce formulaire, j\'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler.
Vos informations sont enregistrées dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité.